Corruption en Côte d’Ivoire : Hamed Bakayoko invite les populations à l’exemplarité et à un comportement éthique

Article : Corruption en Côte d’Ivoire : Hamed Bakayoko invite les populations à l’exemplarité et à un comportement éthique
Étiquettes
10 décembre 2020

Corruption en Côte d’Ivoire : Hamed Bakayoko invite les populations à l’exemplarité et à un comportement éthique

Alors qu’il présidait la cérémonie de la Journée Internationale de la lutte contre la corruption ce mercredi 9 décembre 2020 à l’hôtel Azalaï, à Marcory, le Premier ministre Hamed Bakayoko a exhorté les Ivoiriens et les populations vivant en Côte d’Ivoire à l’exemplarité et à adopter un comportement éthique.

Le Premier ministre Hamed Bakayoko à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption.

« Chaque agent de l’Etat et plus généralement chaque habitant de ce pays doit avoir l’obligation d’un comportement éthique (…) car l’éthique ne fonctionne qu’avec l’exemplarité », a déclaré le chef du gouvernement lors de la célébration de la journée de la lutte contre la corruption.

Pour lui, la célébration de cette journée est une invitation individuelle et collective à l’exemplarité afin d’induire un véritable changement de comportement dans notre environnement de travail et de vie. Et ce, à l’effet d’engager l’ensemble de nos compatriotes dans un cercle davantage vertueux, dont le maître-mot doit être l’intégrité.

« Ce qui fait la force des sociétés, ce sont des valeurs qu’elles portent (…) Parce qu’une société où les valeurs n’ont plus leurs places est exposée à toutes sortes de comportements susceptibles de la mettre en péril », a souligné Hamed Bakayoko. Le Premier ministre entend s’inspirer des meilleures pratiques à travers le monde pour renforcer la lutte contre la corruption dans notre pays. Il ajoute : « Nous devons sortir de cette célébration avec la conviction forte que la bonne gouvernance doit être à l’action publique ce que la discipline est pour toute armée. A savoir, la clé de son efficacité et de son succès ».

Une progression en cours ?

À en croire le Premier ministre, la Côte d’Ivoire a progressé en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption. « De 2012 à 2019, nous avons gagné des points dans la plupart de tous les indicateurs de performance internationale en matière de bonne gouvernance. (…) Mais nous devons poursuivre cet engagement. Parce que bien malheureusement, dans notre pays, tout le monde est pour la lutte contre la corruption, mais personne n’est prête à subir la rigueur de cette lutte. Tout le monde est prêt à vanter les mérites de la lutte contre la corruption, mais on est toujours les premiers à essayer de faire une entorse ou à appeler pour intervenir ou à faire des raccourcis (…) », a-t-il fait savoir.

Hamed Bakayoko entouré de N'Golo Coulibaly, président de la HABG et de Carol Flore-Smereczniak, Représentante résidente du PNUD en Côte d'Ivoire. (Ph. de famille à l'issue de la rencontre).

Malgré ces bons résultats obtenus, le président de la Haute Autorité de la Bonne Gouvernance (HABG), N’Golo Coulibaly, a appelé à ne pas perdre de vue que « la corruption reste présente dans notre société et mérite d’être combattue avec fermeté », même s’il reconnait que la lutte contre ce fléau est un « combat difficile et de très longue haleine qui nécessite un engagement franc et permanent de chaque composant de notre société ».

Pour rappel, chaque année, le monde entier célèbre la journée internationale de lutte contre la corruption. Un acte qui s’est traduit par l’adoption de la Convention des Nations Unies contre la corruption signée à Mérida (Mexique).

Placée sur le thème : « Rétablir avec intégrité », la célébration de cette journée s’est déroulée en partenariat avec le bureau pays du PNUD et le ministère de la Justice et des Droits de l’homme. Comme on le voit, le thème choisi par les Nations-Unies cette année est en lien avec la pandémie de la Covid-19, qui constitue, en soi, une nouvelle source de risques de corruption. « L’objectif visé est d’attirer l’attention des gouvernants du monde entier, mais aussi de tous les autres acteurs de la lutte contre la Covid-19, sur la nécessité de mener leurs activités avec responsabilité et intégrité », dit-on.

MK

Partagez

Commentaires